Les équipes opérationnelles de Paris-Charles de Gaulle et de Paris-Orly continuent la phase de déploiement de nouveaux sas PARAFE sur l’ensemble des terminaux parisiens. La zone départ du terminal 2E a été la première équipée, avec la mise en service de 5 sas nouvelle génération le 9 mai dernier. Le Groupe ADP a tenu ses engagements avec l’installation désormais effective de 43 SAS PARAFE sur les plateformes parisiennes. Un rythme de déploiement important sera maintenu : 48 SAS Parafe mis en place fin juillet, 87 pour le début de l’année 2018, soit 70 à Paris-Charles de Gaulle et 17 à Paris-Orly.

Le dispositif PARAFE (Passage Automatisé Rapide Aux Frontières Extérieures) offre aux passagers la possibilité de franchir la frontière via un contrôle automatisé du passeport. Combiné à une technologie biométrique d’authentification, toujours basée sur l’empreinte digitale dans un 1er temps, ce système permet d’effectuer les formalités de passage aux frontières de manière simplifiée, fluide et rapide. Un levier majeur pour l’amélioration de l’expérience clients dans les terminaux Paris Aéroport.

Depuis 2015, Le temps d’attente au passage des postes frontières a tendance à s’accroître, du fait du durcissement des contrôles effectués pas les services de l’Etat et d’effectifs qui n’ont pas évolué. Afin de répondre aux attentes des passagers, le Groupe ADP finance ainsi l’intégralité de l’installation de ces nouveaux sas et a choisi le constructeur Gemalto pour développer ces nouveaux modèles, les déployer et assurer leur maintenance. Avec un passage ne nécessitant que quelques secondes, cette nouvelle génération de PARAFE sera plus rapide, plus conviviale et hautement sécurisée. A noter qu’il y aura également plus de sas disponibles par site (quatre, puis cinq en septembre, au lieu de trois au mieux aujourd’hui), pour un même nombre de superviseurs de Direction de la Police de l’Air et des Frontières.

 

Une nouvelle génération PARAFE 2 déjà prête à évoluer

Accessibles aujourd’hui à tous les passagers français, allemands ou belges munis de passeports biométriques, ainsi que les passagers de la zone Schengen enrôlés dans le système, le service sera proposé à terme à tous les voyageurs Schengen lorsque les sas utiliseront la technologie de reconnaissance faciale. Des tests probants ont été effectués à Paris-Charles de Gaulle, et sous réserve de l’homologation de l’Etat, la reconnaissance faciale pourrait être mise en service au premier semestre 2018.

Découvrez la vidéo de présentation du service, qui sera diffusée dans les files PARAFE lors de cette période de grands départs.