En matière de prévention pour la réduction des rejets dans l’eau, le Groupe ADP s’est fixé comme objectif avant 2020 de réaliser un zonage (*) définissant les règles d’une gestion des eaux pluviales par zone tout en prenant en compte l’adaptation au changement climatique. Aujourd’hui, dans le cadre de l’engagement du Groupe ADP à renforcer la gestion des eaux pluviales de la plateforme, CDGL, la Direction Energie et Logistique  de l’aéroport Paris-Charles de Gaulle améliore le dispositif de traitement des eaux pluviales de la plateforme.  / photo / Le bassin de stockage des renardières, un système de gestion des eaux pluviales dont l’objectif est de concilier les activités aéroportuaires avec la préservation de l’environnement.

Dans les plateformes de Paris-Orly et de Paris-Charles de Gaulle, le Groupe ADP dispose, en complément des bassins de rétention et d’isolement des pollutions, de stations de traitement des eaux pluviales qui permettent de satisfaire les exigences réglementaires de rejet dans le milieu naturel (arrêté inter-préfectoral).

“Pour améliorer la régulation des rejets d’eaux pluviales, l’aéroport Paris-Charles de Gaulle a réalisé des ouvrages de ségrégation des eaux propres et des eaux plus chargées ainsi qu’une connexion pour les eaux les plus chargées en pollutions hivernales vers les eaux usées” in informations sociales, environnementales et sociétales – document de référence –  Groupe ADP (extrait)

Frédéric Navarre, Responsable Pôle Services & Environnement à CDGL, vous invite à découvrir une vidéo pédagogique sur le sujet et revient sur les améliorations apportées  dans la gestion des eaux pluviales de la plateforme de Paris-Charles de Gaulle.

Les grandes améliorations du traitement des eaux pluviales à Paris-Charles de Gaulle concernent la mise en place de canalisations et d’ouvrages permettant la ségrégation des effluents. Les effluents les plus pollués pourront désormais être séparés des plus propres et stockés indépendamment. En fonction de la qualité de ceux-ci, ils  pourront être orientés vers différentes filières (réseaux d’eaux usées pour les plus pollués, station de traitement des eaux pluviales et rejet en rivière pour les moins pollués). Un outil d’aide à la décision (OAD) permettra d’aider les exploitants dans leur choix de ségrégation en fonction des évènements (notamment hivernaux). Frédéric Navarre

Aujourd’hui, l’ensemble des eaux polluées de la plateforme de Paris-Charles de Gaulle transitent par des stations de pompage et bassins de stockage avant d’être traitées et rejetées dans le milieu naturel.

Le dispositif de traitement des eaux pluviales de Paris-Charles de Gaulle (1ère zone aéroportuaire d’Europe en surface) c’est :

1. 120 km de collecteurs
2. Un zonage (*)  établi en vue de favoriser l’infiltration permet de limiter au maximum le débit de fuite des bassins tampons à 1 litre/seconde/hectare (capacité de stockage des eaux pluviales équivalente à 550 m3 par hectare)
3. Un laboratoire intégré Groupe ADP surveillant  la qualité des eaux pluviales rejetées dans le milieu naturel ainsi que le niveau de la nappe phréatique grâce à un réseau de points de mesures (piézomètres).